Partage de culture un choix ou un besoin?

11 mars 2018

EDITO

EDITO

 

Le chômage et la pauvreté constituent la principale cause de l’immigration, et le rêve et le mirage de l’eldorado occidental devient une des principales motivations pour ses familles de prendre le scrict minimum et de faire voile vers un destin plus clément. 

ice-logo-783x1024

 

Citation de Serge Daniel

« Mes oreilles résonnent encore d’un mot que prononçaient inlassablement les clandestins que j’ai côtoyés : le bonheur. Vouloir être heureux à tout prix, mettre sa vie en jeu et ne pas renoncer... Quelle que soit la difficulté. Quel que soit le temps qu’il faudra y consacrer. Un quitte ou double que nous n’osons plus regarder en face… » 

 

 

Pourquoi quittent-ils alors leurs pays ? Aucun homme ne quitte son pays pour le plaisir d’immigrer!! Certains fuient les guerres ou les conflits politiques tandis que d'autres ne peuvent juste plus subsister aux besoins de leurs familles donc partent dans l'espoir de trouverun travail pour assurer un minimum de confort pour leurs familles restés au pays.

 

Tandis que certains se battent pour vivre , d'autre eux , change de pays dans le but d'une recherche sur soit même, partir quelque part et y répendre le bien , s'imprégnier d'une culture et transmettre sa propre culture au travers d'échange et d'expérience de vie : le plaisir du voyage! 

 

Ses phénomènes d'acculturations , de partage de cultures , de migrations forcés ou non seront exposés au travers de ce blog en esperant retenir votre attention sur ses phénomènes de société , bien présent mais encore trop peu connus.

 

Enjoy!

 

Migration , rencontre , partage de culture , acculturation 

Posté par BTSGPN2017 à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 avril 2018

L'IMMIGRATION ...... EN CHANSON

y-a-des-cigales-dans-la-fourmiliereLa Rue Ketanou est un groupe de musique de rue, mêlant musique reggae , tziganes , folk et pop.

Il est composé de Mourad Musset, Olivier Leite , Olivier Vintrignier

Après avoir écumé les rues, puis les bars et les petites salles, ils rencontrent Arnaud Viala et Bibou membres de Tryo ,qui leur proposent de produire l'enregistrement d'un disque, mais aussi d'assurer la première partie de Tryo à l'Olympia et pendant leur tournée. C'est le début de leur carrières , qui compte mainteant 6 albums.

C'est un groupe revendicateur et engagé transmet au travers de leurs chansons des messages sur les inégalités actuelle . Ce groupe prône la paix, la liberté, d'égalité et de fraternité

Cette chanson parle de l'immigration et des difficultés que cela implique.

 

Mohammed - La Rue Ketanou

As-tu eu le choix de ta naissance et là on s'avance avancé

Pour parler des problèmes de terriens immigrés

Dieu a créé la terre pour les hommes La volonté était qu'ils apprennent à partager

De la Terre ils pouvaient bénéficier pour cultiver

Des hommes et des femmes s'ils voulaient procréer

Mais la simplicité s'est très très vite envolée

Et l'industrie est très très vite arrivée

Chasser tous les hommes qui n'accepteraient de s'installer

Et maintenant il faut des papiers pour traverser des contrées.

 

Je m'appelle Mohammed

Tout le monde il me connaisse

J'aurais pu m'appeler Joseph

Mais je m'appelle Mohammed P

 

uis les hommes se sont imaginés des codes pour s'identifier Identifier tous ceux qui n'accepteraient de participer

A leurs lois votées par une assemblée bien connotée

Et maintenant il faut des papiers pour traverser des contrées Contrôlées va chier !

Jamais je n'accepterai de servir un état que je n'ai pas demandé

Des lois que je n'veux surtout pas partager

La Terre des Dieux et quel qu'il soit n'appartient à aucun homme

Donc là il y a maldonne alors on s'la donne contre ça

On se donne mais ne se vend pas

Que tu sois blanc rose ou noir, ne nous intéresse pas

Pauvre ou riche, ne nous intéresse pas D'Amérique ou Africa, ne nous intéresse pas

Musulman, juif, chrétien, cela ne nous fait rien

Pour nous le combat commence avec toi quand tu voudras

 

Je m'appelle Mohammed

On m'renvoie toujours au bled

Le lendemain tu me retrouves en Suède

Il n'y a pas de remède

 

En France, toutes ces familles déchirées

Et ces mères ? Jetées à coups de pieds d'un coté Le père ? Renvoyé au pays par l'armée

Les enfants parqués, brisée la vie d'une famille

Comme si tout cela n'était qu'un jeu de billes

Mais où est passé notre hospitalité Cette capacité d'accueillir des gens en difficulté

Des réfugiés exilés venus dans l'espoir d'avoir un métier bien payé

Pour envoyer chaque année de l'argent au deblé

Lorsque l'on sait qu'une paye d'un exilé fait vivre un village entier

A moi ça me donne de quoi penser, ne pouvons nous pas les aider ? Les aider ? Ne voulons-nous nous en mêler ?

OKl'Etat n'a rien à y gagner Donc l'état n'y est pas mêlé..

 

Je m'appelle Mohammed

Ecoutez moi quand je plaide

Pour vous aider je m'entraide

J'ai un passeport si cela vous aide

Posté par BTSGPN2017 à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

South Park Saison 8 Épisode 7 - "Les Gluants"

 

banniere_741x193

Résumé

Des hommes de l'an 3045 débarquent à South Park grâce à un voyage temporel qui s'est ouvert juste au bord d'une route. Ils fuient leur époque dans laquelle la vie des humains est devenue un enfer. Surnommés « les Gluants » en référence au fluide qui les recouvre en arrivant du futur, ils vont proposer leurs services pour des salaires dérisoires. Les habitants de South Park se retrouvent tous sans travail et vont tenter de se débarrasser des nouveaux arrivants toujours plus nombreux de jour en jour. Étant donné que le portail temporel ne peut fonctionner que dans un seul sens, ils en arrivent à la conclusion que pour faire disparaitre les importuns, la meilleure solution est de les empêcher d'exister. Pour cela, ils vont tenter de détruire le futur en ne faisant plus d'enfants : ils organisent alors une gigantesque partouze homosexuelle.

Références culturelles

L'épisode devait s'appeler  Wetbacks of the Future (« wetback » est une insulte américaine pour les immigrants mexicains en référence à la traversée du Rio Grande ).

Le portail temporel vient de Terminator , comme le fera remarquer l'un des journalistes, lequel évoquera d'autres films ayant pour thème le voyage dans le temps Retour vers le futur et Timerider.

 

Cet épisode est le reflet de la société américaine actuel. Des personnes qui ont peur de l'inconnu ( au sens Homme)  sans chercher à comprendre les raisons de leur venue. L'absurdité et l'humour noir de cet épisode dénonce parfaitement les mentalités et la dificulté d'adptation que le "local" peut avoir face à un étranger venue pour boulverser ses habitudes.

 

LIEN: http://south-park-tv.eu/south-park-saison-8-episode-7/

Posté par BTSGPN2017 à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

VA , VIS ET DEVIENS - Film acculturation

va vsi et devioens

 

Sévèrement touchée par la famine qui atteint toute l'Afrique de l'Ouest, une mère se réfugie avec son fils au Soudan. L'Etat d'Israël propose aux milliers de juifs éthiopiens de s'installer en Israël. Chrétienne, la jeune femme ne peut pas prétendre à être accueillie, mais elle convainc son fils de 9 ans de se faire passer pour un juif afin d'échapper à la famine. Le stratagème fonctionne et le petit «Schlomo» est adopté par une famille française sépharade établie à Tel-Aviv. Malgré l'accueil chaleureux de ses parents d'adoption, il grandit avec la peur d'être démasqué. Il découvre tant bien que mal la judaïté, mais aussi le racisme et la guerre dans les territoires occupés...

 

Ce film repose sur l'histoire vraie des Falashas qui, immigrés en Israell, éprouvent beaucoup de difficultés à se faire accepter malgré leurs efforts, illustrés dans le film par la rapidité avec laquelle le petit Schlomo apprend l'hébreu ainsi que le  français (langue maternelle de la famille qui l'adopte) tout en conservant sa propre langue l'amharique, une des principales langues de l'Etiopie. Le rejet de cette nouvelle communauté est à la fois dû à la couleur de leur peau et au refus du rabbinat  ashkénaze de reconnaître leur judéité.

Le film montre également les tensions entre Israéliens et Palestiniens,. À travers ce film, on découvre également lele quotidien durant la Guerre du Golfe.

 

 

Posté par BTSGPN2017 à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 avril 2018

L'ARABE DU FUTUR Riad Sattouf ..... un PARTAGE CULTUREL

IMMAGE BLOG

L'arabe du futur Volume 1 est une BD autobiographique en 3 tomes, au narrateur libre et drôle. À travers des dessins épurés et efficaces, Riad Sattouf met en scène sa prime jeunesse en Libye sous le régime de Kadhafi et dans la Syrie d'Hafez-al-Assad, durant une période allant de 1978 à 1984.

Faussement candide, Riad Sattouf, né d'une mère bretonne et d'un père syrien, décrit sa vie à Tripoli alors que son père est nommé professeur et lui inculque le respect pour les grands dictateurs.

En 1984, la famille déménage en Syrie et rejoint le berceau des Sattouf, un petit village près de Homs. Malmené par ses cousins (il est blond, cela n'aide pas...), le jeune Riad découvre la rudesse de la vie paysanne traditionnelle. Son père, lui, n'a qu'une idée en tête : que son fils Riad aille à l'école syrienne et devienne un Arabe moderne et éduqué, un Arabe du futur.

. Une seule hâte : découvrir la suite des aventures du jeune Riad, partagé entre deux cultures et nous offrant un point de vue tendre et lucide.

Une bande dessinée autobiographique ?

Riad Sattouf est un auteur de bande dessinée et ralisateur français . Notamment connu pour sa trilogie "L'arabe du futur"  ( tome 4 prévue fin 2018) , cet auteur raconte son enfance au travers d'écrit drôle et pertinents sur un sujet trop peu connu.
Il raconte son intégration et la transmisson d'idée extrémiste faite par son père à son égard . En effet pour lui , son fils devrait changer la donne il devrait
être cultivé et devenir " L'Arabe du Futur". Il relate à travers ses écrits le racisme présent au son égard et la difficulté à s'intégrer ayant une autre culture.
L'auteur aspire à informer la population sur la situation de ses pays sous la dictature afin qu'un public de toute sorte puisse mieux comprendre les réalités de l'époque.
Citation de l'auteur: 
« J’ai écrit “L’Arabe du futur” en espérant que ma grand-mère puisse le lire. Et pour faire taire tous ceux qui pensent que la BD est destinée aux débiles légers »

Posté par BTSGPN2017 à 21:20 - Commentaires [3] - Permalien [#]


01 mai 2018

Interview - Wilson Primeron Nomade/Aventurier

 

Interview

Wilson Primeron 54 ans , Nomade ,rencontré dans les Pyréenes lors d'un trek.

 

Bonjour Wilson, bienvenue , vous venez nous parlez d'une période de votre vie bien particulière , entre partage culturel et traditions local, Wilson répondra à nos questions !

 

Quel est votre pays natal et celui où vous avez grandit ?

Bonjour , je suis né en Guyanne et y est vécu jusqu'à mes 1 an mais j'ai grandit en France à Gardanne jusqu'à mes 10ans.

 

Donc vous avez déménagé à vos 10 ans ?

A l'age de 10 ans je suis partis vivre avec ma famille sur l’île de la réunion , nous avons quitté la France à bord d’un porte contenaire depuis Marseille , nous avons quitté la méditerranéenne par le canal de suez pour arriver dans l'Océan Indien , au bout de 17jours , parcouru 10000 km et nous avons débarqué au port de la ville nommée "le port" de l’île de la réunion.

 

 

Avez vous des souvenirs sur ce voyage en porte contenaire, bon comme mauvais? Pourquoi le choix de ce type d'embarcation , bon comme mauvais?

Ma famille étant modeste , ce moyen de transport était certe le moins confortable mais pour une bouchée de pain nous embarquions en famille.

Ce fut un très beau voyage , jai vu plein d’espèces aquatiques comme des  poissons volant , une baleine et des dauphins néanmoins nous avons eu 3 jours de mauvais temps et plusieurs fois par nuit dans le petit lit de nore cabine nous nous cognions la tête du aux turbulences. 

 

A votre arrivé sur l’île du haut de vos 10 ans quelles ont été vos premières impressions ?

 

Dépaysant ,dans un premier temps j'ai été impressionné par la luxuriance de la végétation , l'intensité des couleurs, c'était un peu comme si le temps s'était arrêté.

 

Vous avez déménagé pour quelle raison ?

C'était un voyage prévue et voulu de toute ma famille : à l'aventure comme on disait . Mon père a trouvé du travail à l’hôpital dans un premier temps nous avons loué une petite maison à la la ville nommée «  la possession ».

 

Avez vous bien réussis à vous intégré avec la population locale ?

 

Oui effectivement étant un enfant je me suis très vite adapté à ma nouvelle vie et je veux dire que les reunionés sont très accueillant et ouvert d’esprit à condition d'aller dans leur sens par moment ,vous savez j'avais beaucoup à apprendre de ce nouveau mode de vie . Le respect est , pour eux , un princpe fondamentale.

Je me suis lié d'amitié avec des garçons de mon âge, notamment un certain Jacky qui est devenu mon meilleur ami d’enfance. Nous avions pour projet de partir ensemble à l'aventure , qui sait , peu etre un jour nos routes se recroiseront.

 

Qu'avez vous appris sur la culture locale réunionnaise ?

 

Très diversité

Gastronomie locale est compose de riz et de pois puis d'une viande cuisiné que l'on appelé le cary et bien sûr de fruit exotiques d'une abondance remarquable ce qui ne manquait pas de m'émerveiller.

La musique locale est le maloya qui sont des chants du temps de l'esclavage . Un héritage culturel musical audible à chaque detour de rue.

La population est diversifié ont peut y rencontrer des hindous , des malgaches, des anglais , des mahorais, des chinois. Un métissage général.

J'ai également pu apprendre le créole à l'école avec mes camarades de classe , c'est un créole endémique de l'île et parlé par tous. Les enfants de l’île parlent français à l'école mais créole une fois à la maison en famille.

 

Un souvenir inoubliable pour vous ?

Le Piton de la Fournaise (Volcan encore actif sur l'île de la Réunion) était entré en éruption .Il y avait une coulé de lave , qui est allé se jeter dans la mer. Accompagné de mon père et armé d'un baton, j'étais à un mètre du magma , j'ai plongé mon baton dans cette source de chaleur incroyable et il s'est enflammé instantanément . C'est un souvenir qui je n'oublierai  surment jamais.

Quelque critique sur cette île dite paradisiaque?

 Le climat est lourd , humide et moite. L’humidité ambiante donne une atmosphère assez pessante.

Ce que je pourrais reprocher c'est qu'ils y'a plusieurs tranches de populations:

- les locaux

- les continentaux mais intégrés depuis longtemps dans la population locale.

- les nouveaux arrivant surnommée les z'oreilles mettent plus de temps à s'integrer.

 

Les z'oreilles? 

Oui , les continentaux sont appelé les z'oreilles , parce étant donnée qui  ne comprennent pas le créole , ils tendent l'oreille avec une moue d'incompréhension la plsu totale. Je passais des heures avec Jacky à les regarder , on rigolait beaucoup.  

 

A votre retour en France à vos 16ans , quelles ont été vos impressions?

Imprégné de ce tempérament reunionné , des coutume locales , mon retour en France a été un vrai choc culturel.

Je suis revenu grandit de cette aventure enrichissante.

Ce voyage a été pour moi un élément déclencheur pour mes voyages futures , comme si une soif d'aventure inétenchable que seul la découverte de nouveaux territoires arrive à contenter.

Mais ceci est une autre histoire... 

 

Merci Mr Wilson Primeron , pour votre temps , heureux d'avoir partagé celà avec vous et que les voyages puissent continuer à

être une tel source d'inspiration pour vous!

Je vous admire!

 

preview

 

Posté par BTSGPN2017 à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2018

Pétition : Une élève du lycée Marcelin Berthelot et sa mère menacées d'expulsion

572fa5b2c36188b56e8b4604

Une élève du lycée Marcelin Berthelot à Saint-Maur et sa mère menacées d'expulsion

 

Veronika et sa mère sont arrivées en France en 2013. Elles ont fui l'Ukraine où leur intégrité physique et leurs vies étaient menacées.

 

 

Veronika a un permis de séjour qui prendra fin juste après le bac tandis que sa mère a reçu une "obligation de quitter le territoire français" pour le 13 avril 2018.

Compte tenu des circonstances - cette élève est fille unique, son père est décédé, sa mère est malade et son retour dans le pays d'origine présente des risques majeurs - elle ne laissera pas sa mère repartir seule...

Elle devra donc renoncer à son baccalauréat, à ses études de droit et à tous les projets pour lesquels elle s'est battue et a fait tant d'efforts. Depuis cinq ans, ses progrès scolaires ont été constants et remarquables.

D'ailleurs, le conseil de classe du deuxième trimestre de terminale atteste de son sérieux, de son mérite, de sa motivation et lui accorde les compliments.

Il faut également souligner ses efforts d'intégration en dehors du lycée, son courage pour faire face à des conditions économiques et sociales très difficiles en matière sanitaire, de logement et de niveau de vie, et qui découlent de sa situation administrative.

Nous ne pouvons accepter le sort qui est réservé à cette élève et à sa mère et demandons à ce que les autorités compétentes leur attribuent un permis de séjour durable pour qu'elles puissent enfin vivre sereinement et dignement.

VIRGINIE BURGOS a lancé cette pétition adressée à Laurent Prévost, Préfet du Val de Marne , cette dame espère être entendu sa vie et celle de safamille en dépendent. 
Prenez 5min de votre temps pour signer cette pétition , c'est une cause noble
Le Samedi 05 mai nous sommes déjà à 3723 signature pourquoi pas vous ? 
Lien de la pétiton: 
https://www.change.org/p/une-%C3%A9l%C3%A8ve-du-lyc%C3%A9e-
marcelin-berthelot-et-sa-m%C3%A8re-menac%C3%A9es-d-expulsion?recruiter=873835429&utm_source=share_
petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=psf_combo_share_initial&
utm_content=ex93%3Acontrol

Posté par BTSGPN2017 à 01:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mai 2018

CHRONIQUE DES DROITS DE L'HOMME: Bienvenue au TIBET

L'acculturation passe par la répression des activités religieuses

moinillons-tibet

 

 

Développement économique et acculturation vont-ils de pair dans les régions autonomes tibétaines ?

Pékin assimile la défense l'usage de la langue tibétaine à un acte séparatiste. 

 

Dans les régions autonomes tibétaines, l'acculturation passe par la répression des activités religieuses. Le sort de l'institut bouddhiste de Larung Gar en donne un exemple. Fondé en 1980 dans la province du Sichuan, ce centre d'enseignement de renommée internationale avait accueilli jusqu'à près de 10 000 apprentis moines et nonnes, dans une ville d'environ 40 000 habitants.

 

En 2016, officiellement pour des raisons de sécurité, de protection contre les risques d'incendie et de modernisation, les autorités chinoises décident de réduire la population religieuse de Larung Gar à 5 000 personnes et détruisent une partie des traditionnelles maisons roses imbriquées à flan de colline.

Témoignage  de Dolma Tsering Teykhang :

« Ça a été un prétexte pour faire partir les nonnes. C'est le plus grand centre d'enseignement du bouddhisme au monde, et cela montre bien que la Chine a un problème avec le bouddhisme. Ils considèrent la religion comme le ciment de l'unité des Tibétains, qui leur donne le courage de continuer à se battre pour leur identité tibétaine »

« Il faut être enraciné dans sa propre langue »

Agée de 61 ans, Dolma Tsering Teykhang est enseignante. Elle a travaillé pendant plus de 26 ans en Inde dans des écoles tibétaines.  Au-delà son aspect religieux, l'acculturation des jeunes Tibétains commence par l'éducation et la langue. « Les autorités chinoises découragent l’enseignement du tibétain et imposent celui du mandarin », confie-t-elle.

Et d'ajouter : « Ceux qui maîtrisent le mandarin sont favorisés pour obtenir un emploi ou profiter des opportunités qui s'offrent à eux au Tibet. La Chine favorise le mandarin pour procéder à un lavage des cerveaux. On donne aux enfants des repas et des vêtements gratuits à l’école élémentaire, on leur enseigne une histoire déformée du Tibet, comme étant partie intégrante de la Chine, et à l’âge de l’enseignement secondaire, ces jeunes sont envoyés à l'intérieur de la Chine, où ils oublient leur langue, où ils sont transformés. »

« Apprendre les langues étrangères, c’est bien, c’est avoir plusieurs cordes à son arc, mais il faut être enraciné dans sa propre langue, c'est essentiel. La Chine, au moyen de l’éducation, pousse les jeunes au déracinement, à l’acculturation, et en même temps produit des Tibétains loyalistes au régime chinois, à qui elle accorde une promotion sociale », considère l'enseignante.

« Que ce soit les affaires, l’éducation, tout est fait pour les Chinois de l'ethnie han. Les Tibétains n'ont droit qu’à un traitement de seconde zone. Ils sont méprisés, parce quand ils ne sont pas loyaux à la propagande chinoise, les Chinois disent qu'ils se dorent au soleil du socialisme. Mais ici, ce qu'on voit, c'est qu'il y a des gens qui continuent de s'immoler. »

 

Cinq cents nonnes envoyées en rééducation

« L'étendue des destructions est énorme, ajoute-t-elle. Au début, ils ont commencé à détruire eux-même, ils ont amené beaucoup d’engins de terrassement, et puis à un moment donné ils ont dit aux gens : "Si nous procédons aux démolitions, vous ne garderez rien, donc il faut que vous démolissiez vous-même vos maisons si vous voulez pouvoir garder ce que vous possédez." Voilà quelle est la situation. »

Les chiffres varient mais plusieurs milliers de religieux ont été éloignés de Larung Gar, en échange parfois d'une compensation financière. Et ils ont été soumis à des obligations particulières, explique Dolma Tsering Teykhang :

« Cinq cents nonnes, par exemple, ont été éloignées de la région et envoyées en rééducation patriotique. Nous avons vu des vidéos sur lesquelles ces nonnes chantent des hymnes de loyauté au communisme. Ce à quoi elles ont été forcées. Au Tibet, pour entrer dans un monastère, le premier critère c'est qu'il faut avoir montré sa loyauté au régime communiste. »

 

Pour conclure par un exemple concrêt: 

Le jeune Tashi Wangchuk attend son procès

tashi-wangchuk-free-now

Pékin assimile la défense de la langue tibétaine à un acte séparatiste. Le jeune Tashi Wangchuk en a fait les frais. Cet entrepreneur de 30 ans, défenseur de la culture tibétaine, réclamait un enseignement bilingue dans les écoles des provinces autonomes tibétaines. Arrêté il y a deux ans, inculpé pour incitation au séparatisme, il attend son procès en prison et risque quinze ans de réclusion.

Posté par BTSGPN2017 à 15:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2018

Le changement climatique : nouveau facteur de migration

cover-r4x3w1000-59fc722b63688-rechauffement-climatique

 

Les migrations massives de populations conséquentes au réchauffement climatique est un élément de tension géopolitique extrêmement préoccupant.

1/5 de la population mondiale vit sur des zones côtières qui sont menacées par la montée du niveau des mers et les inondations.

 

Dans de nombreuses régions du monde, des phénomènes liés au réchauffement climatique sont déjà observés :

  • réduction des terres arables
  • multiplication des coupures d'eau
  • baisse des réserves alimentaires et poissonnières
  • augmentation des inondations
  • allongement des périodes de sécheresse

 

 

Certains états déjà frappés par le réchauffement climatique demandent que le motif climatique soit reconnu comme valable au plan international pour l'immigration.

Selon une étude de l'association Christian Aid, au moins 1 milliard de personnes vont migrer d'ici à 2050 : 645 millions de personnes à cause de grands projets (15 millions par an actuellement) 250 millions à cause de phénomènes liés aux changements climatiques (inondations, sécheresses, famines) 50 millions à cause de conflits et d'atteintes aux droits de l’homme

 

En s'appuyant sur des données du Groupement d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC), l'étude affirme qu'entre 1,1 et 3,2 milliards de personnes d'ici 2080 manqueront d’eau, et entre 200 et 600 millions souffriront de la faim.

 

Les pays les plus pauvres seront les premiers touchés par les migrations climatiques : les pays du sud de l'Asie, du Moyen-Orient, d'Asie centrale, d'Afrique et d'Amérique latine, et l'Europe par la suite. 

 

téléchargement

 

Posté par BTSGPN2017 à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Migrants transitant en Libye , Portrait de Brice , jeune migrant camerounais

image-fournie-par-la-croix-rouge-italienne-de-migrants-secourus-au-large-de-la-libye-le-18-aout-2016_5659643

La spirale de violence qui emporte la Libye depuis 2011 n’épargne pas les migrants africains. Venus dans ce pays dans l’espoir de rejoindre l’Europe par la mer, ils sont la proie des nombreuses milices qui y fourmillent depuis 2011.

 

 

 

Un jeune migrant camerounais raconte son quotidien à Tripoli entre extorsion d’argent, kidnappings et blessure par balles au pied. 

 

Brice espérait que la Libye soit sa porte d’entrée vers l’Europe, elle n’est finalement qu’une prison à ciel ouvert. Après être resté quatre ans au Maroc sans parvenir à prendre le large, ce jeune Camerounais de 22 ans a décidé en 2014 de faire route vers la Libye. 

 

Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 264 000 migrants et réfugiés vivent dans ce pays, devenu lieu de transit vers l’Europe.

Comme les autres, Brice pensait y avoir de meilleures chances d’atteindre son but. C’était un leurre : deux ans après son arrivée à Tripoli, il n’est toujours pas monté sur un bateau et doit survivre à un quotidien fait de peur et de violence. Les groupes armés qui sont apparus en Libye en 2011 profitent en effet de l’absence de tout état de droit pour s’enrichir sur le dos des migrants. 

Comme quasiment tous les jours, je suis parti avec un ami à la recherche d’un emploi. La plupart du temps, on travaille dans le bâtiment à la journée, on essaie d’économiser un peu d’argent pour payer la traversée de la Méditerranée. Ce jour-là, deux hommes armés sont descendus d’une voiture et nous ont attaqués. Ils nous ont pris tout l’argent qu’on avait sur nous, soit 320 euros. Comme on n’a pas de lieu sûr où mettre nos économies, on les a toujours sur nous. On a tout perdu. 

Ils nous ont ensuite ordonné de monter dans leur voiture. On a refusé car on savait ce qui allait se passer : ils voulaient nous kidnapper. Ils ont alors tiré dans tous les sens, mon ami a été légèrement touché au dos et une balle est entrée puis ressortie de mon pied. Je suis blessé mais je n’ai pas été vraiment soigné. Je n’ai pas de passeport et je suis entré en Libye illégalement, je ne peux donc pas aller à l’hôpital car la police m’arrêterait. Je suis allé voir un médecin qui aide en secret les migrants, il a essayé de désinfecter mon pied mais il m’a dit qu’il n’y avait pas grand-chose à faire sans aller à l’hôpital. Ça me fait très mal, je ne peux plus marcher.

La vie en Libye est très dure. Dès qu’on met un pied dehors on a peur, il faut se faire discret car on essaie toujours de nous agresser. Tout le monde est armé, c’est dur de se défendre.
En octobre 2015, j’ai été kidnappé par un Libyen qui m’avait offert du travail. Je suis monté dans sa voiture et là il m’a soudainement dit que j’allais être emprisonné. Il m’a emmené dans une maison transformée en prison. C’est très courant en Libye : les migrants sont capturés par des groupes armés qui appellent ensuite les familles pour qu’elles payent une rançon contre leur libération. Heureusement j’ai réussi à m’échapper pendant la nuit…


Ce n’est pas tout. En 2015, un passeur m’a aussi dérobé mon argent. Il m’avait fait payer 400 euros pour que je monte sur un bateau pour aller en Europe, mais il a ensuite disparu.


Brice a le sentiment d’être pris au piège :

Je ne peux pas retourner au Maroc car la route vers l’Algérie est trop dangereuse, je risque de me faire enlever. Il n’y a pas d’ambassade du Cameroun en Libye pour m’aider.

arton6921

Posté par BTSGPN2017 à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,